Pleurachat

Publié le par Bruno Wilhelm

Pleurachat

Réalisation en décembre 2005

TPST : 10h

Cette cavité baujue s'ouvre non loin du hameau des Déserts près du col de Plainpalais. Elle est reliée à la grotte de la Doria par quelques siphons. On sait également qu'elle est reliée hydrologiquement au réseau Garde-Cavale (traçage). C'est pourquoi le SCS 73 (club de spéléo de Chambéry) travaille actuellement en retopographiant intégralement et en cherchant à suivre les moindres courants d'air, en éspérant trouver de nouvelles galeries prometteuses. A quand le réseau Garde-Cavale-Pleurachat-Doria ?

 

Pour accéder au trou, il faut se garer au hameau homonyme. Couper ensuite à travers champ en suivant la ligne de plus grande pente pour rejoindre une grange isolée (5 min). De là poursuivre en suivant la ligne de plus grande pente pour rejoindre la forêt qui fait une "encoche" carrée, bien visible sur la carte. Un sentier démarre dans la forêt dans le coin droit de cette "encoche". Le suivre, laisser une prairie sur la droite puis le sentier fait un large coude vers  l'ouest (gauche). La cavité est alors toute proche. Il faut repérer un grand sapin sur la droite et à son pied un bout de sente à suivre sur 20m. L'entrée est très discrète et protégée par une tole pour ne pas être obstruée par la neige l'hiver (20 min).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'entrée est assez réduite et la ballade commence par un ramping descendant qui débouche à un P6 (échelle métallique en place).

 

 

Un méandre qui a nécessité 150 tirs fait suite, la progression y est rapide. On arrive alors au "Grand Puit" par quelques petits puits. Ce "Grand Puit" fait environ 80m et il s'agit de la seule grande et belle verticale de ce trou mais aussi du début des difficultés car juste à son pied début le "méandre lubrique". Ce méandre n'est pas très long mais la progression y est par endroit vraiment pénible et un kit étroit et peu rempli est très vivement conseillé. Ce méandre est entrecoupé d'une jolie verticale de 20m puis d'une plus petite. On arrive ensuite dans la salle des Leurres.

 

D'ici il est possible soit de poursuivre la descente vers le collecteur, soit de rester à niveau pour visiter de belles galeries confortables. Nous avons choisi de rester à niveau et de se ballader dans la "Grande Allée" jusqu'à la salle de "l'Escalade" puis de revenir sur nos pas pour aller voir la fameuse "galerie des Merveilles". Cette galerie est décorée sur une vingtaine de mètres de long de magnifiques cristallisations massives, tant au sol que sur les parois ou au plafond. Le retour se fait par le même chemin où il vaut mieux avoir garder son lot d'énergie pour le "méandre lubrique"...

 

Photos de Nicolas dans la Galerie des Merveilles

 

Béat devant la beauté cristalline

 

Gros plan sur la vue précédente

 

Madame calcite fait dans l'original...

 

Quelques fistuleuses et quelques spéléothèmes quasiment intacts, la joie de n'être qu'une grosse poignée à être passé par là...

 

Concrétionnement en masse sur les parois

 

Publié dans Spéléo

Commenter cet article