Coluche au Mont Aiguille (Vercors)

Publié le par Bruno W

Rendez-vous avec une ambiance particulièrement sympathique !


Mes quelques visites au Mont Aiguille me restreignent quant au choix d'une voie à parcourir aujourd'hui... J'avais repéré cette voie apparemment jolie et à belle ambiance. Les difficultés modérées permettront à mon compagnon de cordée du jour de se familiariser avec la pose de coinceurs en calcaire. Enfin comme la voie n'est ni trop longue, ni trop difficile, elle nous permetta de garder un peu d'énergie pour les jours à venir.

La voie démarre juste à côté du départ de la voie normale, elle est donc rapide d'approche et facile à trouver. Par contre du même coup elle ne prend le soleil qu'en début d'après midi. L'ambiance sera bien fraîche une fois de plus ! Ca grimpe dès la première longueur. La suite est plus tranquille mais les points se font alors plus rares. Il faut se protéger et chercher un peu son itinéraire. Arrivés à R4, nous arrivons à la grande traversée. Si elle démarre tranquillement nous n'en sortirons qu'une ou deux heures plus tard. J'ai passé bien une heure à chercher la descente indiquée dans le topo de Duhaut. Jusque là dès qu'on est dans le 5 un piton, voire un spit, protège le passage... mais là je ne trouve rien ! L'ambiance n'aidant pas, il me faudra un bon moment pour forcer une desescalade verticale en rocher très moyen protégé par un tricam encore plus moyen.... une fois descendu je trouve les pitons et donc le "bon" passage... Je l'indique aux copains qui suivent et seront bien concentrés aussi pour désescalader ces courts mètres franchement expo. D'habitude ce genre de passage est joliment orné d'une corde à noeud pour redescendre. Là non... La suite sera sans surprise. De très beaux passages sur un bon caillou avec une ambiance effectivement bien présente et même un peu de soleil pour humaniser un peu cette froide journée de juin !

Une voie à la hauteur des commentaires qu'on lui avait fait : "jolie, à faire". Par contre un complément de protection me est obligatoire dans les longueurs ou passages faciles (< 5b). Il ne s'agit donc pas d'une voie "clé en mains", ni de la "voie presque la plus facile du site". Enfin l'orientation ouest et la traversée de la vire lui donne effectivement une certaine ambiance austère comme le suggère Duhaut dans son topo. On se croirait presque en montagne !


Coluche : TD, 6b max, 250m
Topo Camptocamp : cliquez ici


Topo-photo de la voie
La prise de vue n'est pas optimale pour le topo. Certaines longueurs sont franchement exagérées ou applaties...

Photos de la voie

Jeff démarre sur un rocher très froid mais également très beau, magnifique longueur dans un mur à trou


Lise encore toute fraîche suit dans la longueur en 4c (L2) en rocher délicat


L5, traversée genre "rando du vertige"


L6 : Jeff dans la désescalade expo du genre "faut pas tomber"


Et le voilà qui repart dans de l'A0 sur spit de 8 pour forcer un surplomb sans prise


Après ce surplomb, coup de chance ou repérage (?), on récupère une fissure/cheminée très esthétique au milieu de dalles lisses et compactes !


Avant dernière longueur, petit 5c au cheminement au flair


Dernier coup de cul un peu rude en 6b ou A0, puis 6a. Très jolie longueur sur un bon caillou et enfin au doux soleil de la fin d'après midi

Publié dans Escalade

Commenter cet article

jean-paul 05/07/2008 17:20

plutôt une question qu'un commentaire...je pense qu'il doit être possible, de rejoindre la voie normale à partir de la fin de L4 de la voie coluche en tirant à droite sur la vire, mais j'aimerai confirmation...la L10 en 6a athlétique peut-elle se faire en tirant au clou ? ou est-il possible de rajouter des points (pitons ou friends ou stoppeurs) au cas où? en tous cas cela tente et c'est prévu pour mercredi...

Bruno W 05/07/2008 18:08


Salut,
N'étant pas parti sur l'optique de rejoindre la VN, je peux trop rien te dire... Par contre ça m'étonnerait puisque la VN s'en va franchement à droite à partir du relais commun R1.
Pour le crux de la voie, pour moi, c'était plutôt la traversée descendante sur la vire (L6 ?), bien prévoir 5m de cordelette à laisser sur le piton du haut (sur lequel on a déjà laisser un machard)
pour éviter une desescalade expo. Cette technique de la cordelette à noeud se trouve dans toutes les classiques TA calcaires du coin, alors pourquoi pas ici ?
Sinon pour le "6a athétique", c'est d'abord un pas de 6b bien tassé pour sortir d'un surplomb puis un ou deux pas de 6a pour finir au plus facile (5). Le pas de 6b passe très bien en mettant une
pédale. Le 6a est très bien protégé et pas très difficile. J'espère avoir répondu à tes questions. Bonne grimpe !