Directissime à la III à la Cougourde (Mercantour)

Publié le par Bruno W

Escalade superbe par la qualité du rocher, la longueur de la voie, le cadre et l'ambiance...


La Cougourde est l'un des sommets phare du Mercantour. Non pas qu'il est le plus haut, mais parce qu'il présente une haute et belle face soutenue dans un cirque de toute beauté. N'en suffise, le rocher est en plus excellent et compact : un bon gneiss peu licheneux. La grande classique du coin est l'éperon Demenge mais il semble que sa voisine la Directissime (à la Cime III) jouïsse d'un caillou moins garni de lichen et de moins d'herbe. Aussi cet itinéraire est paraît-il plus joli. C'est pourquoi nous nous détournons, dans une confiance aveugle à notre topo, de la Demenge pour la Directissime (à la Cime III).

Après une approche paisible et bucolique, typique du massif, nous arrivons au pied d'une face superbement... compacte. L'itinéraire se dévoile au fur et à mesure sur un caillou à la hauteur de sa réputation. L'escalade est très plaisante, bien que franchement engagée. Heureusement les cotations sont gentilles et la marge largement suffisante. Sans cela ce serait surement à coup de grandes suées que nous rejoindrions les relais... L'équipement a été revu en 2001 par des guides du Mercantour. La plus part des relais sont aujourd'hui sur spits, de même que quelques spits (de 0 à 4) dans les longueurs. Cependant l'ajout de coinceurs est par endroit très compliqué vu la compacité du rocher.

En bref une très belle escalade, assez longue e engagée, dans un cadre sauvage et sur un très beau sommet. A conseiller vivement !


La Directissime à la III : D+, 5b/c max, 500m
Voir topo Camptocamp :
cliquez ici


Tracé général


Photos
A l'approche, on découvre la Cougourde au détour d'un vallon


A l'approche de la voie, on dérange une horde d'une vingtaine de chamois et d'éterlous !


Départ de la voie dans une étroite fissure. On progresse sans difficulté dans la dalle très sculptée


Caillou superbe. Un peu d'herbe ponctuellement (malgré l'altitude) mais elle n'est pas gênante


Dans L5, une superbe dalle un peu engagée mais facile. Escalade très agréable !


Sur le fil d'un éperon mal marqué on poursuit en dalle


Petit passage vertical où l'on rencontre un bon pas de V à protéger


Plus haut, nous rejoignons les dernières longueurs sans équipement, plus typée montagne et arête


Dans un des ressauts des dernières longueurs


Emilie arrive au sommet

Publié dans Alpinisme

Commenter cet article