Intégrale de l'Innominata au Mt-Blanc (Mt-Blanc)

Publié le par Bruno W

Ou comment s'immerger plusieurs jours dans une vaste et haute face alpine ?


A la recherche d'une course de difficulté raisonnable mais assez longue pour pleinement profiter d'une belle période anticyclonique, l'idée est lancée d'aller visiter cette fameuse arête de l'Innominata... Un beau programme de 3 jours comprenant une logistique de transport, nuitée en refuge, bivouac puis d'un point de vue technique toute la panoplie du petit alpiniste avec une grande variété de terrain ; de l'éboulis au rocher péteux en passant par le plus pur mixte ou la traction sur écaille... Et le tout pour finir sur le toit de l'Europe, il faudra donc aussi prévoir une bonne aclimatation ou une cartouche d'énergie de rechange !


Jour 1 : Les Houches => Refuge Monzino

Après un départ précipité en raison de quelques tergiversations météorologiques, nous rejoignons rapidement la gare des Houches d'où un train nous amène à Chamonix. Accueil typique du coin à la gare routière pour un ticket sans retour pour le versant Italien. Quelques temps plus tard nous sommes au pied du chemin pour le refuge de Monzino. Trois transports et le long tunnel de Chamonix  procurent déjà une certaine sensation de voyage...

Arrivés à Monzino on découvre un véritable et immense palace. Le lit douillet et la riche bibliothèque nous font oublier le prix de la nuitée (pas de réduction). Nous découvrons la Punta Innominata, premier objectif de ce petit périple. La suite est encore dans les cumulus. En cette fin de saison, la Pointe semble réserver un rocher bien péteux à qui voudra encore la parcourir...

La Punta Innominata est le triangle rocheux au centre
et au premier plan un peu à droite l'énorme refuge de Monzino


Jour 2 : Punta Innominata et Bivouac Ecclès


Effectivement, passé la première longueur compacte, on évolue ensuite sur un pierrier géant (ou presque) jusqu'à retrouver l'arête dont le rocher demande encore un peu de méfiance. Toute cette partie doit être bien plus intéressante en début de saison lorsqu'elle est encore en neige. Ensuite on parcourt une très esthétique arête tantôt rocheuse, tantôt neigeuse mais toujours aérienne jusqu'à la Punta Innominata qui se fait un peu attendre. Nous avons le temps et profitons de cette belle journée pour repérer l'itinéraire du lendemain, l'emplacement du bivouac Ecclès et savourer simplement l'esthétisme et le géantisme des lieux avec tous ces mythes autour de nous : Peuterey, Freney, Brouillard ; tous ces noms qui régulièrement hantent les lectures et discussions... Magnifique !

Après de courts rappels, nous rejoignons la partie sommitale du glacier du Brouillard puis rapidement les bivouacs. Comme le nouveau est déjà habité, nous remontons au plus ancien. Un cachet particulier pour ce tonneau en bois sur son bout de bloc plus ou moins à plat... Un peu de ménage plus tard, nous nous sentons particulièrement à notre aise vautrés sur les lits le regard posé sur la Blanche de Peuterey ! Une ambiance fabuleuse... Plus tard une cordée de jeunes Suisses nous rejoindrons.  Les discussions et la rigolade remplaceront du coup le confort perdu. Un minimum d'organisation et de bonne entente sont de mise pour une cohabitation dans cet espace réduit ! Après une dernière cigarette devant le couché de soleil sur la mer de nuage, il est temps de dormir.


Punta Innominata : PD+/AD, 600m (?)
Voir topo Camptocamp : cliquez ici



Topo-photo

Photos de la journée 1
Olivier démarre au-dessus du cône. Rocher plutôt sain mais délicat en grosse car tout arrondi. La grande longueur que nous avons tiré ici est le seul passage qui grimpe mais qui peut justifier AD du coup en fin de saison...


Beaucoup plus haut, après avoir remontée moultes zones ébouleuse, nous rejoignons l'arête SE et découvrons le versant italien du Mt-Blanc : magnifique !


En arrière plan, le tumultueux glacier du Freney


Contournement de gendarme vers la fin, passage aérien mais facile


Et durant toute l'ascension l'élégante Noire de Peuterey en arrière plan


Sous le sommet, nous découvrons l'arête finale en neige. Enfin un passage joli et agréable...
Noter les cumulus qui ont commencé à se former dès 9h...


Vue depuis le sommet de l'Innominata !!! Après l'observation des multiples lignes, nous cherchons où se cache celle de demain. Puis où est le bivouac ? Autant chercher où est Charlie...


Un peu plus tard, nous arrivons pour le déjeuner à Ecclès. Première étape installer une main courante vite fait  pour sortir sans se soucier d'une zipette malencontreuse... puis brûler les poubelles des derniers...


Mais également chercher de la neige propre pour remplir les bouteilles

Et enfin profiter de cette après-midi de calme dans notre nouveau et provisoire logi...


Jour 3 : Arête de l'Innominata => Mt-Blanc => Les Houches


Au petit matin, nous attendons que nos compagnons suisses quittent les lieux pour nous préparer à notre tour. Leur objectif est de rejoindre le col Emile Rey, de passer faire deux 4000 à côté (plus qu'une dizaine pour qu'ils aient fait les 82...) puis de sortir par l'arête du Brouillard.

Nous nous préparons rapidement car nous savons que le bivouac est plein en-dessous et qu'une cordée arrive depuis le refuge. A 4h30, nous décollons. 3 cordées sont devant et parties certainement bien plus tôt. Mais notre acclimatation semble meilleure et dès 5h15 nous rattrapons la première au pied du rocher. La nuit noire nous fait hésiter : on les suit ou on attend le jour pour trouver le départ des longueurs ? Comme ils avancent bien et visiblement sans hésiter, on se met à les suivre. Au début dans l'axe de l'arête puis ensuite en traversée à gauche. Tiens c'est curieux... C'est quoi cette traversée à gauche ? Un guide italien qui arrive derrière nous crit "Suivre, suivre !" en nous voyant hésiter, le topo sous les yeux. Bon ok... Une demi-heure plus tard, la cordée de tête (menée par un autre guide italien) tire un rappel et s'excuse... elle s'est lamentablement plantée. Ok, marche arrière, retour à l'arête. Le jour arrive et l'on découvre la fissure/dièdre "évidente" où s'est déjà lancée une cordée de 3 Français. Nous nous retrouvons alors à 5 cordées au pied de cette longueur. Je passerai les détails sur l'heure qui a suivi... L'escalade est très belle mais sûrement plus agréable quand on y est seul ! Les Français en tête (aucun chauvinisme mais un peu de bon sens ;-), nous traçons, passons devant et déroulons jusqu'au sommet en variant les techniques de corde et de progression. Tout y passe à notre plus grand plaisir : escalade franche, en terrain facile mais un peu pourri, pente de neige ou de glace puis mixte très intéressant mais jamais dur. Le tout se protégeant toujours très bien. Un régal pour les yeux comme pour la grimpe. A 10h, nous arrivons à proximité du Mt-Blanc de Courmayeur tous seuls au-dessus de ce vaste versant italien. Superbe ! Quelques temps plus tard nous rejoindrons la foule du Mt-Blanc et tout ce qu'elle engendre. C'est alors une toute autre histoire...


L'Innominata en ces conditions excellentes nous a paru un très beau "voyage" (pour reprendre l'expression d'Olivier tout à fait adaptée) sans grande difficulté technique mais qui forge un peu plus l'expérience et permet de profiter pleinement d'un lieu aussi superbe, au même titre que d'un bivouac quatre étoiles ! On reviendra, c'est promis !


Arête de l'Innominata : D/D+ - 1000m
Voir topo Camptocamp :
cliquez ici


Topo-photo
Vue depuis le sommet de la Punta Innominata


Photos de la journée 2
Lever de soleil après notre traversée en aller-retour...


Olivier au relais à côté du trou (gros bloc), avec derrière les piliers rouges du Brouillard !


Un peu plus haut, en route pour le grand couloir, toujours sous le regard de la Noire...


On récupère un bout d'arête neigeuse aérienne à souhait !


Traversée du grand couloir encore à l'ombre.
Derrière on devine le long de l'arête : la pte Ecclès, le col Ecclès et la pente de neige précédente.


Dans la rampe diagonale, sous la tour rouge surplombante. Sous la fine pellicule de neige, une bonne glace bien dure et brochable...


A la sortie de cette rampe, on se rétablit (au sens propre !) sur l'arête de la Pte Louis Amédée.


Sur cette fameuse arête, dans un passage rocheux, avec en arrière plan le glacier du Brouillard à droite


La fin de l'arête, moins de rocher, un peu plus de glace et toujours cette ambiance !


Dans la pente de glace qui marque la fin de l'ascension


On récupère ensuite l'arête du Brouillard, facile mais terriblement esthétique !


Toujours sur cette belle arête, non loin du Mt Blanc de Courmayeur


Et l'inévitable sommet du Mt-Blanc. Un temps idéal comme on en rêvait...

Publié dans Alpinisme

Commenter cet article

Alpar 28/07/2009 08:20

superb

Fabien B 23/09/2008 13:50

Salut et merci:Superbe course, superbe topo... du rêveQuelques petits renseignements:- tu penses que ça passe avec une corde de 40m (dans le topo ceraines longueurs pour la partie Mont Blanc sont données à 40 m)?- longeur des rappels au col Eccles?Merci encoreBonnes coursesFB

Bruno W 03/10/2008 17:27


Salut,
Pour la corde, je pense effectivement qu'avec 40m à simple ça le fait. Nous n'avons pas tiré de rappel à Eccles mais desescalader un peu. Peut être qu'en fonction des conditions le rappel est
nécessaire et dans ce cas il faut les 50m à double... Les difficulté en rocher sont très courtes, tu dois donc soit pouvoir faire des relais intermédiaire au cas où, soit un peu de corde
tendue.

Merci pour ton intéret pour le site. Ca fait toujours plaisir d'avoir des retours.
Bonnes courses.


manu 08/09/2008 19:09

très belle course !juste une petite question : j'ai vu que tes grosses sont des batura, j'ai les même et j'ai remarqué qu'au niveau de la languette la couture s'use du fait du frottement des lacets contre le coup de pied, as-tu le même pb ? cela est apparu au bout d'une bonne dizaine de sortie ce qui me fait dire que ce n'est pas très normalje vais les rapporter au magasin et voir avec lasportiva si y'a moyen de faire qqchose car ce sont de bonnes godasses je te tiens au jus, de ton côté et si tu n'as rien remarqué, essaye de surveiller çà de près, on ne sait jamais... a++

Bruno W 08/09/2008 19:44


Salut,

Effectivement, j'ai bien des Batura... Ca se voit tant que ça! ;-) Décidemment le jaune...
Par contre j'ai également du faire une bonne dizaine de sorties et pour l'instant rien ne bouge, pas d'usure prématurée. Pourtant je surveille aussi ce genre de problème, vu l'usure précoce que
j'ai eu sur mes Evo...
Ben j'espère que tu trouveras un commercial concilliant...
A+


Apoutsiak 29/08/2008 14:43

Bravo, bel itinéraireLes topos en photo sont vraiment très bien faitsCa donne envie