Nature et co

Publié le par Bruno Wilhelm

Surprenante Nature

D'un pas décidé, en direction des grands toits du "Fou qui repeint son plafond", mon oeil se perd sur un petit arbre. Celui-ci tient là de manière surprenante. Pourtant le grimpeur a l'habitude de s'extasier devant la manière extraordinaire avec laquelle la végétation arrive à se faire sa place dans les falaises. Il suffit parfois de quelques dizaines de centimètres carré de terre en pleine paroi pour qu'un arbre arrive à y vivre.

Mais là ce qui m'a frappé, autre le fait que je n'y voyais pas de terre, c'est que l'arbre est enraciné dans les fissures du rocher et quasi directement.

Est-ce le rocher qui tient l'arbre ou l'arbre qui maintient le rocher ? Comment les racines font-elles pour croître sans aller à son péril ? Et oui, si elles poussent ou grossissent, elles risquent de fracturer d'avantage encore le rocher et finalement de faire choir son perchoir !

Inversement le jour où l'arbre viendra à mourir, les fissures ne seront plus maintenus, l'eau pourra librement s'y écouler  et les blocs finiront par tomber. C'est ce qui se produit encore aujourd'hui sur les hauteurs des falaises de Presles. Des copains descendent en rappels pour accéder au pied d'une voie. Puis soudain, une chute de blocs entament leur enthousiasme et au vu de l'importance de ce qui tombe, ils s'enfuient à travers la forêt, chaussons aux pieds, pour rejoindre la route au plus vite. D'après les grimpeurs locaux, ces chutes de blocs sont dues à la tempête de 1999. Car les racines des arbres morts ont sèché, plus ou moins disparu et maintenant la fracturation peut s'accentuer et les blocs ne sont plus maintenus...

Petit exemple d'intéraction entre le minéral et le végétal, un bel équilibre pas si stable que ça...

Publié dans Divers

Commenter cet article

Alexandre Simon 03/04/2006 17:28

Mon avis : les quelques rochers éboulés au premier plan constituaient une terrasse ou une cuvette propice à un peu de terre pour que l'arbre ait pu se développer.
Ma conclusion : ce frêle arbre n'en a plus pour long, puisque la terre a été lessivée !