Eperon NE à la Grande Glière

Publié le par Bruno Wilhelm

Eperon NE à la Grande Glière

La Grande Glière est un très beau sommet de Vanoise méconnu des alpinistes parce que d'une part il est en Vanoise et d'autre part qu'il est tombé dans l'inconnu à cause de sa voisine la Grande Casse. Cependant l'éperon NE qui débouche directement au sommet permet une course d'envergure dans un cadre assurément sauvage et "haute-montagne". La face de l'Epena à côté donne une impression de paroi vertigineuse, la Grande Casse une impression "haute-montagne" avec son glacier et ses pentes assez raides : aucun sommet alentour ne dessine de grand dôme, tous sont de très belles montagnes bien alpines : ambiance garanties. Quant à l'escalade, elle n'est jamais très difficile mais c'est assez long, d'autant plus qu'il faudra encore descendre l'arête S qui sans être difficile demande encore de la concentration. Vous l'aurez compris, il s'agit d'une course complète, variée dans un cadre à la Samivel.

Eperon NE : AD+, 700m, 4+/5 max

 Voir fiche Camptocamp

 

 

Reprendre l'approche de Zélix, puis au lieu de traverser le glacier pour aller rive droite, rester rive gauche et rejoindre la base de l'éperon NE. L'attaque se situe vers l'attaque du couloir N. Repérer une vire assez marquée avec petite terrasse au départ (spit + cordelette). Compter 3h.

 

Après il faut suivre cette vire vers la droite (spits) pour rejoindre une grande terrasse (IV+ max). Poursuivre par une courte traversée à droite pour rejoindre une cheminée dont on s'échappe avant la fin (III, 1 spit). Remonter ensuite une dalle (IV, spits), passer une boite aux lettres sur la droite et à nouveau une dalle droit devant (IV+, spits). Fin des premières difficultées. Suivre une vire vers la gauche pour rejoindre le fil que l'on suit jusqu'à être à l'aplomb d'un ressaut raide dans le haut de l'éperon (II/III, qlq rares spits). Une fois au pied de dernier ressaut, tirer deux longueurs de 30m environ (IV+ et V, spits et relais). Remonter ensuite sur le fil (mauvais rocher) encore sur une centaine de mètres jusqu'à arriver au petit glacier sommital que l'on traverse. Compter environ 5 à 6h depuis l'attaque.

Descente par la VN (arête S). Suivre l'arête puis les kairns en essayant d'aller au plus simple (attention certains kairns sont trompeurs...). Rejoindre le col (débouché du couloir N) puis descendre le glacier dela Glière en RESTANT RIVE DROITE. A la fin du glacier, descendre un ressaut de callou puis revenir rive droite pour trouver une vire descendante très commode. Vous y trouverez des chaînes. Puis descendre pour rejoindre le lac des Vaches puis Pralognan et... prévoir une navette ou tenter le stop...

 

La grande Glière côté Champagny : l'éperon NE est celui qui est au soleil et se dessine dans la face de l'Epena et le ciel (arête de gauche qui débouche au sommet). L'autre éperon paut se parcourir aussi, la fin est commune.

 

La fin de l'approche sur le glacier débonnaire avec un souvenir récent pour Zelix juste à côté

 

R1 sur la grande terrasse après la traversée de départ et déjà le soleil (6h15 environ)

 

Dans la zone de dalles au départ

 

Sur l'éperon, dans la longue zone plutôt facile

 

Un peu plus haut, on sent que l'on prend de l'altitude sans vraiment savoir combien. L'escalade facile laisse le temps d'apprécier cette ambiance montagne et le calme typique de ces contrées sauvages et très peu fréquentées. Quel plaisir !

 

Au niveau du glacier sommital, la fin de l'ascension se fait toute proche, plus que jamais en tout cas...

 

Emilie au sommet, passablement fatiguée mais heureuse d'avoir réussi avec brio sa première "course montagne". Déjà les cumulus bien bourgeonnants nous appelent à redescendre, dommage...

 

La Grande Glière du côté Pralognan. La descente reprend la fin de la VN soit l'arête S (de droite) jusqu'au col.

 

A la fin du glacier, il faut absolument rester rive droite pour trouver la vire bien marquée sur la photo ci-dessous qui amène au pied des dalles "post-glaciaires".

 

Publié dans Alpinisme

Commenter cet article