Voie de la Face Sud de la Dent d'Arclusaz (Bauges)

Publié le par Bruno W

Une aventure baujue à deux pas de la maison...


La vaste face sud de la Dent d'Arclusaz se dresse fièrement quelques centaines de mètres au-dessus de la Combe de Savoie. Aussi à chaque fois que l'on file sur l'autoroute en direction de la Maurienne, cette face nous nargue... A chaque passage, le regard curieux cherche une ligne logique dans ce vaste et impressionnant édifice.

Ce n'est qu'à la lecture du livre "En Savoie" du regretté Pierre Chapoutot que j'apprends l'existence de 3 itinéraires dans cette face. Il faudra attendre quelques années pour enfin trouver les fameux topos édités en 1974 dans une vieille revue du C.A.F. (merci Aurélien !). Il était donc désormais possible de suivre les traces des anciens sur ces itinéraires désaffectés, certainement depuis leurs ouvertures dans les années 60...

L'approche est assez commode. Nous nous retrouvons ainsi assez rapidement dans les raides pelouses du pied de la face que nous traversons franchement pour rejoindre l'attaque du "pilier central" ou "pilier du Chapeau". Mais une petite erreur d'itinéraire nous amène à l'attaque d'une autre voie : "la voie de la face sud". Vu que nous sommes au pied de cette voie et que l'objectif du jour est de découvrir l'escalade que nous propose cette face, le changement d'objectif n'est pas un problème majeur et nous ne perdons pas de temps pour nous y lancer.

L'escalade propose dans sa première longueur quelques mètres de caillou sympathique et pas si pourri mais surtout une section d'herbe à 70° (voire plus !) très intéressante... Nous poursuivons ensuite par une très jolie dalle bien compacte (comprendre improtégeable) puis par des sections alternant beau caillou et grosses touffes d'herbe. Nous arrivons ainsi au pied des difficultés : 2 longueurs en V et A1. Nico s'y lance sans trop y croire : "C'est vraiment compact !". Aurélien et moi paisiblement installé au relais le rassuront : "Mais si Nico, c'est là, c'est sûr !". Effectivement c'était bien là, par contre nous n'avons toujours pas vu les pitons annoncés et l'A1 se libère sans trop de souci (V+). Il faut juste prendre le temps de jardiner un peu pour dégager certaines prises clés... Aurélien prend le relais de la cordée, un peu déçu de ne pas avoir de longueur "dure". Il ne sera pas déçu par la première qu'il fera ! Annoncé en IV, cette longueur offre un mixte superbe entre rocher incertain et grosse poignée d'herbe. A vous de nous dire si c'est la végétation qui maintient le rocher ou l'inverse... Résultat : même dans des longueurs "faciles", nous prenons beaucoup de temps... Nous rejoignons ensuite une vire visible du bas et sûrement de l'autoroute. Le topo annonce 3 longueurs en traversée sur cette vire. Nous nous réjouissons à l'idée de pouvoir courir pour rattraper un peu l'horaire et vite rejoindre la prochaine longueur clé. Rien du tout ! Meme les vires demandent une certaine concentration ici ! Etroite et déversée vers le vide, la vire offre une grasse couche herbeuse où les chaussons sont plus un handicap qu' un avantage. C'est donc les doigts plantés dans l'herbe ou la terre que l'on progresse. Autant dire que nous n'avons pas pu faire de corde tendue... Nous trouvons ensuite la fameuse longueur en : A1, V et A1. Une cheminée que l'on remontera en libre (V+) : la plus belle longueur ? Ensuite nous découvrons un crux d'un nouveau genre que l'on pourrait côté H6 pour du 6 en herbe : réta d'un mur vertical directement dans une pelouse bien grasse. On s'accroche à ce qu'on peut, on enfonce les doigts aussi profondement que possible et on tracte doucement jusqu'à se rouler dans l'herbe pour se rétablir sur une vire quasi forestière. On se bat alors dans les arbres pour rejoindre les dernières difficultés : "un mur de 10m en III délité". En fait le mur est bien plus haut, plutôt en IV/IV+ mais en rocher plutôt correct...

Sommet ! 18h15 : ça fait plus de 8h que nous avons commencé à grimper... Le soleil se couche doucement. Nous ne nous attardons pas pour récupérer la descente... quelque peu inhabituelle. Il s'agit de cheminer au plus facile dans cette raide face S. Regarder bien cette face de l'autoroute la prochaine fois et essayer seulement d'imaginer descendre là-dedans à pied sans un seul rappel ! Et ben ça se fait. Il y a même un vieux balisage...

Une sacré journée dans cette face malgré tout superbe pour son élan et son panorama. Côté escalade, il est à noter que nous n'avons pas trouvé un seul piton ! Rien, pas une seule trace de passage : amateur de terrain sauvage prenez note ! Par contre il faudra se farcir quelques passages herbeux peu ordinaire... Le talent de notre  cordée ce jour là aura certainement été de tourner ces affreux passages en de grands moments de fou-rire !


Voie de la face S : TD, 400m
Voir topo Camptocamp :
cliquez ici


Topo-photo


Photos de la journée


Voir aussi les photos d'Aurélien


On sort de la forêt et découvrons la vue sur la vallée au levé de soleil


Mais également la face S de la Dent d'Arclusaz ou plus justement du Chapeau de Napoléon. Le pilier qui se découpe dans le ciel est le pilier Central ou Pilier du Chapeau.


Nico dans L3...


Aurélien dans la même longueur navigue sur les bandes de rocher


A la sortie de cette longueur, quelques pas sympathiques et le début d'un nettoyage en règle...


Début des difficultés en V+ en libre (annoncé V/A1). Jolie longueur après nettoyage


Aurélien sort de cette même longueur.


Longueur facile sur le papier (IV), plus délicate sur le terrain...


En arrière plan, la superbe vue sur la Combe de Savoie et l'entrée de la Maurienne


La fameuse vire près du sommet (L9, L10, L11 !).
Obligé de tirer des longueurs pour cause de progression délicate...
D'où l'expression "raser les murs" ?



La plus belle longueur ? Coté A1, V, A1, cette longueur passera en libre en V+ assez classe.


Nico dans cette longueur progresse sans dire un mot, les deux sacs sur le dos.
Faut bien trouver un moyen de le freiner ! Et ça marche même pas...


Après le joli caillou, un réta délicat et expo dans une herbe bien grasse...


Lorsqu'un topo des années 70 précise que vous rejoignez une vire avec de la végétation, ne pas le prendre à la légère : prévoir la machette !


Descente du sommet, en direction du col d'Arclusaz


Le début de la descente de la face S...


La suite de la descente : naviguation entre les barres


Retour sur le chemin d'approche à la lune levante


Couché de soleil sur la Chartreuse

Publié dans Escalade

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article