Arête Küffner au Mont Maudit

Publié le par Bruno Wilhelm

Arête Küffner au Mont Maudit

Le Mont Maudit porte un nom peu évoquateur ou peu attractif et pourtant derrière ses airs d'antécime du Mt-Blanc, il cache un versant fort raide que seule une arête vient perturber. Cette fameuse arête Küffner, un mythe de l'escalade mixte facile dans le Mt-Blanc. Presque 700m (sans grand développement horizontal) à jouer entre pentes et couloirs de neige, gradins ou cheminées en rocher ou lorsque les éléments se mêlent de belles sections de mixte : les crampons dans la neige et les mains nues sur le rocher qui doucement se réchauffent au soleil levant. L'aventure est superbe, d'autant plus qu'elle peut commencer par une nuit au petit bivouaque suspendu de la Fourche qu'il faudra aller chercher, de préférence 2 piolets à la main...

Arête Küffner : D, 700m

 Voir fiche camptocamp

 

Le bivouaque de la Fourche se situe sur l'arête de la Brenva issue du Mont Maudit (vers le S) à laquelle on accède par le cirque du Maudit. De l'aiguille du Midi, descendre dans la combe Maudite en direction de Torino puis après avoir passer les contreforts du Tacul remonter à main droite dans le grand cirque bordé en rive droite par la Tour Ronde (cirque du Maudit). Remonter dans ce cirque et distinguer deux forme caractéristiques sur l'arête rive droite du cirque : le Trident et sa calotte et la Fourche. Remonter le couloir directement à droite de la Fourche. Le bivouaque se situe juste derrière l'arête et quelques rochers à gauche versant italien.

Pour la Küffner, quand on se rétablit sur l'arête laisser le bivouaque à gauche et partir à droite (nord). Suivre le fil de l'arête tantôt en neige, tantôt en rocher (médiocre), quelques pas d'escalade pour passer la partie plutôt horizontale de l'arête. Déboucher alors devant une grande pente de neige dans laquelle on remonte plutôt sur la droite par un système de couloir/pentes très sympas. Le dernier couloir amène à une partie rocheuse pas très dur mais parfois rendue délicate par les blocs posés et les cordées en-dessous. Au débouché de cette partie rocheuse vous êtes juste sous l'Androsace (arête de neige effilée : photo classique). Le gendarme de l'Androsace qui vous fait face peu être gravi (4 fort raide) ou contourner par la gauche (versant italien). Il s'agit certainement de la partie la plus "technique". On passe donc sur le flanc gauche (sens montée) par un système de traversée dans des pentes de neige assez raide puis de rochers (quelques pas, le rocher s'améliore) pour aboutir juste derrière le gendarme. De là on suit le fil de l'arête au plus facile : belles longueurs de mixte, pentes de neige puis aboutir sur l'épaule NE. Enfin finir l'arête pour sortir au sommet (ou échappatoire vers la VN).

 

Tout commence par un lever de soleil derrière les Aiguilles du Diable sur lesquelles semble-t-il aura lieu un secours dans quelques heures

 

Mont-Blanc ou Mont-Rose ?

 

Dans la traversée sous l'Adrosace, le soleil fait son apparition sur l'arête

 

Une cordée débouche sous le gendarme de l'Androsace

 

Le fameux gendarme de l'Androsace vu d'au-dessus

 

Juste en amont du gendarme on vient de finir de le contourner

 

La partie supérieure, après le gendarme, une ligne évidente qui traverser un peu vers la gauche pour chercher la neige puis sort tout droit. Avec de très bon yeux, version loupe, on peut deviner un grimpeur sur le rocher au premier plan

 

L'enfilade des arêtes depuis le bivouaque quasi jusqu'à l'épaule NE, avec le gendarme de l'Androsace

 

A la fin de la partie supérieure, du mixte facileau soleil, que du bonheur

 

Olivier va se rétablir sur l'épaule NE, une cordée derrière sur le fil de l'arête qui est sur la première épaule (échappatoire possible mais malcommode)

 

Olivier en finit avec l'ascension de la Küffner

 

J'allais oublié !!! Le crux de la Küffner ! La désescalade d'un petit sérac vertical. Bref ce qui comme nous se sont échappés à l'épaule NE pour les raisons diverses et variées que nous avons tous reconnaitront sûrement ce passage.

 

Publié dans Alpinisme

Commenter cet article